[Musée/salon de thé Paris] Le musée de la Vie Romantique, un havre de paix au coeur de Pigalle

Musée ou café ? Ville ou campagne ? 
Pourquoi choisir ? 
Rendez-vous au Musée de la Vie Romantique, maison de campagne à la ville, pour assouvir notre soif de culture et notre soif tout court, d’ailleurs.

Jardin du Musée de la Vie Romantique

C’est une maison beige. Non, pas accrochée à la colline mais nichée au cœur de SoPi, à deux pas du Moulin Rouge. 

Sitôt foulée, l’allée pavée de son jardin ouvre une parenthèse hors de la ville et du temps. De part et d’autre, des arbres offrent leurs fleurs blanches, roses, orange et mauves et l’on s’échappe de Paris, transportés par l’atmosphère bucolique des lieux. Au bout de ce petit chemin, la maison aux volets verts reconnaissables, dont la façade semble presque rose par beau temps. 

Rose Bakery

On s’arrête une petite heure chez Rose Bakery, le salon de thé qui a pris ses quartiers dans la serre attenante. Là, on déguste des scones à l’abri du jardin d’hiver ou on sirote une limonade dans le jardin ombragé, selon l’envie. Le cadre est idéal pour bruncher entre amis ou prendre un thé en tête à tête avec un bon livre.

Une fois restaurés, nous nous dirigeons vers le musée, dont l’entrée, c’est assez rare pour le souligner, est gratuite pour tous (hors expositions temporaires). 

Avant de devenir un musée, la maison, bâtie en 1830, avait déjà vu défiler nombre de visiteurs, et non des moindres. Ancienne demeure du peintre Ary Scheffer, professeur de dessin des enfants du duc d’Orléans, ses murs ont accueilli des invités tels que Delacroix, Chopin, Liszt, Dickens, Géricault ou Ernest Renan (qui y rencontra sa future épouse, Cornélie Scheffer, nièce du peintre).

Salon George Sand

Parmi les habitués des lieux, une certaine Aurore Dupin, baronne Dudevant, plus connue sous le nom de George Sand. La romancière est ici mise à l’honneur puisque le rez-de-chaussée lui est en grande partie consacré. Sont exposés nombre de ses bijoux, dessins, peintures, meubles et autres objets personnels légués avec usufruit à la Ville de Paris par sa petite-fille dans les années 20. Le salon George Sand, pensé par le décorateur Jacques Garcia, retranscrit l’ambiance dans laquelle la femme de lettres a pu évoluer, entre portraits et meubles de famille, XVIIIe et XIXe siècle.

Nous empruntons l’escalier pour rejoindre le premier étage de l’Hôtel Scheffer-Renan, qui expose de nombreuses œuvres de l’artiste hollandais. Des toiles qui représentent la famille d’Orléans, les grandes figures artistiques de l’époque, ses amis, ou les personnages de Faust.

Les salles de l’étage reflètent l’atmosphère et la vie artistique de la période romantique. Y sont évoqués les contemporains du peintre, comme Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe, dont on admire le bronze Jeanne d’arc en prière, ou le philosophe Ernest Renan, neveu par alliance de Scheffer, dont on peut voir le manuscrit d’Averroès et l’averroïsme.

Une belle parenthèse hors du temps et de la ville donc, qui mettra d’accord amateurs de musées et de brunchs confidentiels.

Musée de la Vie Romantique, Hôtel Scheffer-Renan
16, rue Chaptal – 75009 Paris

+33 (0)1 55 31 95 67

Ouvert du mardi au dimanche: 10h à 18h. Fermé les lundis et certains jours fériés.

Le salon de thé ferme à 17h30 et ne prend pas de réservation.

Tarif: gratuit hors expositions temporaires.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s